Header widget area left
Header widget area right

L’agroécologie, contre la désertification

Le contexte

Sur la falaise de Bandiagara classée patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO pour ses richesses naturelles et culturelles, les villageois de Koundou vivent dans un dénuement extrême depuis la crise de 2012 et l’arrêt brutal du tourisme.

Subissant la pénurie en eau et en alimentation, ainsi que la désertification écologique et humaine, femmes et jeunes restés au village après l’exode des hommes, n’ont pas accès aux moyens essentiels pour garantir leur sécurité  alimentaire et leur autonomie.

Le projet

C’est dans le village de Koundou, au cœur du pays Dogon, au  Mali, que, par une démarche d’accompagnement agroécologique globale, les habitants retrouveront les conditions d’une autonomie sociale, environnementale et économique. Sur 3 ans, (juillet 2016 à juin 2019), le projet propose de garantir l’accès à l’eau, d’engager la réhabilitation des zones agricoles et naturelles, et de renforcer les activités permettant l’autonomie du village.

Le projet intègre une approche participative avec les partenaires et les bénéficiaires. Pertinence, appropriation et pérennité sont garanties par le caractère endogène des activités et la responsabilisation des acteurs locaux.

La promotion du rôle des femmes dans l’économie rurale locale, le renforcement de l’autonomie et du statut des femmes sont transversales aux activités.

Terre & humanisme

Initiée en 1994 par Pierre Rabhi, l’association Terre & Humanisme oeuvre pour la transmission de l’agroécologie comme pratique et éthique visant l’amélioration de la condition de l’être humain et de son environnement naturel, au service de la Vie, de l’autonomie alimentaire des populations et de la sauvegarde de la terre nourricière.