Header widget area left
Header widget area right

SOL, Alternatives Agroécologiques et Solidaires

L'association

Créée en 1980, SOL est une Organisation de Solidarité Internationale, qui appuie des initiatives créés pour et par des organisations locales d’Afrique, d’Asie et de France sur le long terme.

Leur priorité est de « Replacer l’Homme au cœur de son environnement » par le développement des activités génératrices d’emplois et la formation, par la valorisation des cultures locales et par l’information, la sensibilisation et la mobilisation. Ils agissent en faveur de l’accès à une agriculture paysanne (agroécologie, agriculture biologique, communautaire) et la protection des ressources naturelles et de la biodiversité.

Le projet ``Graine de l'espoir``

solLa région montagneuse de l’Uttarakhand en Inde bénéficie d’une réserve de biodiversité importante, rare et sauvage. Malheureusement, depuis la « Révolution Verte  » de nouvelles pressions écologiques et économiques se sont imposées aux petits paysans de la zone les conduisant à la pauvreté, l’endettement et la dépendance alimentaire ; et endommageant fortement l’environnement. S’ajoutent à cela des catastrophes dues au changement climatique de plus en plus fréquentes (inondations, typhons, sécheresses…) qui endommagent leurs récoltes et aggravent leur situation socio-économique.

Objectif général : Améliorer la résistance au changement climatique, la souveraineté alimentaire et l’indépendance économique des petites communautés paysannes du Nord de l’Inde, tout en préservant la biodiversité de la zone.

SOL, Alternatives Agroécologiques et Solidaires

Résultats attendus :
– 200 paysannes de 15 villages de la vallée de Dehradun acquièrent leur autonomie alimentaire et économique grâce à l’agroécologie et la préservation des semences locales.
– 5 semences particulièrement résilientes au changement climatique sont identifiées et distribuées au plus grand nombre.
– 60 gardiennes de semences sont formées. 50 femmes sont formées à la transformation alimentaire et peuvent développer une source de revenus alternative.
– 10 groupes d’entraides féminins sont appuyés et suivis, dans l’optique de développer des activités génératrices de revenus.
– 20 000 personnes, majoritairement des paysan-nes sont directement sensibilisés.
– Au moins 200 enfants sont sensibilisés aux questions de nutrition, protection de la biodiversité et ont une alimentation plus diversifiée grâce aux légumes du jardin de démonstration.

Interrogés sur l’intérêt de l’agriculture biologique, les 30 paysannes interviewées de 15 villages, lors de l’évaluation annuelle ont souligné en priorité les bénéfices suivants : la sauvegarde des semences locales, la réduction des coûts de production, l’amélioration des sols et la diminution d’insectes ravageurs et de maladies.

Bilan de la deuxième année du projet (mis à jour juin 2018):

Fort de leur expérience de la première phase du projet Graines de l’Espoir, l’équipe locale de Navdanya a su rapidement bien démarrer le projet dans les 15 villages initialement prévus. Devant la forte demande des paysannes, un seizième village a rejoint le projet à la fin de la première année et 21 paysannes ont rejoint le projet en plus en deuxième année (+29% par rapport à l’objectif initial).

Les 258 paysannes bénéficiaires sont maintenant à même de mettre en pratique les enseignements des formations en agroécologie et en conservation des semences enseignées à la ferme de Navdanya et dans les villages.

Les femmes ont gagné en autonomie via la conservation de leurs propres semences, l’utilisation d’engrais naturels facilement accessibles, les activités de transformation alimentaire et les groupes d’entraide. Elles gagnent en indépendance vis-à-vis du marché et peuvent investir les économies réalisées dans leur autres besoins. Elles deviennent de plus productrices d’une alimentation saine et de qualité pour elles et leurs familles et peuvent dégager un revenu lorsqu’elles vendent leur surplus.

L’identification des semences résilientes au changement climatique en collaboration avec les 67 gardiennes de semences formées est enfin sur la bonne voie, actuellement en phase test d’expérimentation avant la multiplication et la distribution au plus grand nombre. L’expérience de SOL et de Navdanya de la première phase du projet a donc permis de répliquer efficacement ce projet aux 16 nouveaux villages et la deuxième phase du projet Graines de l’Espoir est sur la bonne voir pour dépasser les objectifs déjà réalisés.

Bilan de la première année du projet (mis à jour juin 2017):

Si cette première année a permis de créer une base solide pour le développement d’un plan de sécurité économique, alimentaire, et écologique durable pour les paysannes, il s’agit maintenant  notamment de multiplier les formations pour former un maximum de paysannes, de les soutenir dans la conversion totale de leur champs en agroécologie, de développer le soutien au marketing de leur production et de continuer à sensibiliser le plus grand nombre de personnes dans la zone du projet qui pourront à leur tour s’engager dans la transition agroécologique, source d’autonomie et de résilience pour les petites communautés paysannes.

Les Graines de l'Espoir