Header widget area left
Header widget area right

Bloom

L'association

BLOOM est une association de loi 1901 à but non lucratif fondée en 2005 par Claire Nouvian.

BLOOM est entièrement dévouée aux océans et à ceux qui en vivent. Notre mission est d’œuvrer pour le bien commun en mettant en œuvre un pacte durable entre l’homme et la mer.

Nos objectifs sont de protéger l’océan et les espèces marines tout en maximisant les emplois durables dans la pêche et l’aquaculture. Nos priorités sont de mettre fin aux méthodes de pêche destructrices et à l’expansion de la pression de pêche dans le monde, de protéger le milieu marin et d’en préserver sa résilience tout en cherchant à favoriser la pêche artisanale utilisant des méthodes douces pour l’environnement et fortement génératrices d’emplois.

Pour atteindre nos objectifs, l’équipe de BLOOM déploie des actions de sensibilisation, d’éducation et de médiation scientifique ainsi qu’un programme de recherche scientifique stratégique et indépendant. Nous sommes également engagés sur le terrain législatif avec des actions de plaidoyer citoyen, une participation à des consultations publiques et des processus institutionnels. Nos actions s’adressent au grand public ainsi qu’aux décideurs politiques et aux acteurs économiques.

FR-CHALUT-pour-envoi-image

La vision de Bloom

BLOOM a fait le choix stratégique de conserver une petite taille et de focaliser son énergie et expertise autour de trois sujets clés :

  • La préservation des écosystèmes et de la biodiversité par la mise en place de pratiques limitant les impacts sur les espèces non-ciblées et les habitats ;
  • La création d’emplois grâce au développement du secteur de la pêche artisanale ;
  • La meilleure répartition des subventions publiques françaises et européennes, aujourd’hui captées par le lobby de la pêche industrielle.

Les champs d'actions de Bloom

Nous ne croyons pas à l’action « unique et magique » qui permettrait de résoudre seule les problèmes évoqués ci-dessus. Ainsi, nos progrès sont tangibles car nos objectifs se traduisent en trois axes d’action stratégique, chacun permettant de faire un effet de levier sur l’autre et d’augmenter ses chances de succès, sa visibilité, son efficacité. Nos actions ciblent :

  1. Le développement d’une recherche scientifique indépendante afin d’être à même d’étudier tous les sujets, même les plus sensibles. Ceci est absolument nécessaire pour une grande nation de pêche comme la France, dont les instituts de recherche financés par l’État peuvent parfois s’auto-censurer ;
  2. La pédagogie, pour donner au plus grand nombre la possibilité de faire des choix responsables ;
  3. L’intervention politique, pour influer sur les pratiques et les pressions qui ont produit le modèle de gestion inefficace que l’on connaît aujourd’hui.

Actualités Bloom

Actualité du 21 juin 2018 :

BLOOM est en proie aux attaques des lobbies néerlandais. 

Aidez-nous à tenir bon !

C’était il y a neuf mois. BLOOM alertait l’opinion publique sur la pêche électrique, technique inconnue, dévastatrice, en passe d’être étendue partout en Europe sous l’influence toxique des lobbies néerlandais et du relai inacceptable de la Commission européenne.

Depuis le lancement de notre campagne pour l’interdiction de la pêche électrique, BLOOM est la cible d’attaques diffamatoires et d’insultes répétées des lobbies néerlandais, fervents défenseurs de la pêche électrique. 

Ils tentent de discréditer BLOOM de plusieurs façons : ils font écho à la théorie du complot affirmant que les ONG environnementales sont aux mains des multinationales du pétrole américain, s’attaquent à nos financements et nous accusent de mensonges et de « Fake News ». En janvier 2018, ils ont tenté à ce titre de nous faire rayer du registre de transparence européen, ce qui a évidemment échoué mais nous a fait perdre du temps et de l’énergie. Ils viennent de recommencer. Les lobbies néerlandais s’inscrivent dans la droite lignée des attaques des géants industriels impliqués dans des pratiques destructrices qui préfèrent s’en prendre aux individus plutôt que de s’engager dans un débat rationnel et respectueux, étant donné que sur ce terrain-là, ils perdent.

=> C’est la preuve que notre action est efficace. Mais ce rapport de force est déséquilibré. Pour tenir notre combat dans la durée, nous avons vraiment besoin de vous pour nous défendre.

Montrons-leur que nous ne sommes pas isolés, mais que nous sommes des milliers de citoyens, de pêcheurs, de chefs de cuisine, d’associations et d’élus partout en Europe, unis pour sauver les pêcheurs artisans de la faillite et déterminés à empêcher la destruction de l’océan !

Ensemble, nous ne reculerons pas devant les lobbies. Vous avez déjà signé notre pétition. Aidez-nous davantage à poursuivre notre campagne européenne contre la destruction de l’océan, des emplois et des finances publiques !

JE FAIS UN DON

Actualité du 18 juin 2018 :

LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE s’organise

La pêche électrique n’a pas fini de faire tomber les masques !
Alors que les États européens, assiégés par les Néerlandais (et face à une France démobilisée) semblent résignés à accepter la pêche électrique, les pêcheurs côtiers, eux, ont décidé d’entrer en résistance ouverte contre ces énormes chalutiers industriels, ces «  machines à tuer » comme les pêcheurs artisans hollandais les appellent.

L’équipe de BLOOM est répartie aux quatre coins d’Europe aujourd’hui aux côtés des pêcheurs côtiers, dont les revenus et les activités de pêche sont tout autant broyés que l’environnement marin. La pêche électrique provoque une hécatombe sociale.

Actualité du 23 avril 2018 :

Claire Nouvian, lauréate du Prix Goldman pour l’Environnement.

Claire a été distinguée pour la bataille acharnée que BLOOM a menée contre le chalutage en eaux profondes et qui a conduit à son interdiction au-dessous de 800 mètres de profondeur dans l’Union européenne en 2016.
Lisez le discours prononcé par Claire Nouvian lors de la cérémonie des Goldman Environmental Prize à San Francisco le 23 avril 2018 et à Washington le 25 avril.

Actualité du 22 juin 2017 :

Le mois dernier, la saison de la pêche au thon rouge s’est ouverte en Méditerranée. Un pêcheur industriel français a réussi à capturer 500 tonnes de thons lors d’une seule sortie en mer. A grand renfort de subventions publiques, 17 bateaux français suréquipés et surdimensionnés ont atteint leur quota de pêche au thon rouge en 11 jours seulement.

C’est inacceptable. Pas un euro ne devrait contribuer à la surexploitation de l’océan.

Actualité du 30 juin 2016 :

L’Europe interdit enfin le chalutage profond !
Communiqué de presse Bloom du 30 juin 2016